Parcours de réussite : devenir charpentier

7janvier 2021
by mareussitepro

L’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées a recueilli les témoignages de jeunes pour lesquels la voie professionnelle aura été celle de la réussite et de l’épanouissement. Regroupés par familles de métiers sur le site 55projets.fr, ces témoignages apportent un éclairage original sur la construction d’un parcours de réussite.

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le témoignage de Corentin (31 ans), qui nous raconte son parcours dans les métiers du bâtiment et des travaux publics.

Après une troisième classique, passée dans un collège de la Réunion, j’ai enchaîné ma scolarité en classe de seconde générale option Sciences de l’Ingénieur. J’ai décroché en 2004, un BAC S, avec mention assez bien.

Après le bac je ne savais que faire et je n’avais, de ce fait, pas trop de réponses quant à mon avenir professionnel.

Je me suis donc inscrit à l’Université Paul Sabatier en biologie, car c’était dans ce secteur là que j’avais le plus envie d’apprendre. Je suis donc parti pour la Métropole.

Très vite je me suis rendu compte que le contenu et le mode d’enseignement ne correspondaient pas à mes attentes. Par ailleurs, je voulais en parallèle, à mes études, travailler et ces deux activités se sont avérées incompatibles.

Je ne suis donc resté qu’un mois à l’université et me suis dirigé vers une école privée pour faire une classe de mise à niveau :
Arts appliqués. J’y suis resté un an.

Poursuivant ma quête en direction d’un projet professionnel, je me suis inscrit à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de TOULOUSE. L’enseignement était trop théorique pour moi et je n’arrivais pas à satisfaire mes attentes. Je ne me «retrouvais pas» dans cette formation.

J’ai donc, une fois de plus, arrêté la formation au bout d’une année, et je suis parti «bosser» pendant un an dans le secteur des fruits et légumes.

Ces quelques années passées à trouver la voie qui me correspondait, m’ont permis de mûrir. Mon père étant menuisier, j’avais, sans que cela me soit apparu comme une évidence, quelques attirances pour le secteur du bâtiment.

Je me suis donc inscrit au Centre de Formation d’Apprentis de MONTAUBAN (École des Métiers CFA 82) pour préparer, en un an, un Certificat d’Aptitude Professionnelle charpentier.

J’ai effectué cette formation dans le cadre d’un contrat d’apprentissage dans l’entreprise Ar‘Hôme Bois de TOULOUSE.
«Ça c’est super bien passé», j’avais un très bon maître d’apprentissage.

J’ai validé mon diplôme en 2008 et, comme ce secteur d’activité me plaisait, j’ai décidé d’élargir mes connaissances en préparant, par apprentissage un CAP Construction Bois.

Ma formation s’est déroulée en un an, au sein de la société la Tournée du Coq, entreprise coopérative artisanale de charpentiers-couvreurs, de FONSORBES.

J’ai voulu prolonger mon cursus et je suis parti préparer, en deux ans, un Brevet Professionnel (BP) de charpente dans les Hautes-Alpes. Cette formation je l’ai suivie dans le grenoblois, auprès de la Fédération Compagnonnique des Métiers du Bâtiment.

La première année, au sein de l’entreprise dans laquelle j’étais salarié, ne s’est pas très bien passée, aussi, je suis revenu à la Tournée du Coq, dans l’entreprise précédente, pour effectuer ma deuxième année de formation.

J’ai décroché mon BP en 2011 et travaille, depuis, dans cette même entreprise. Les cinq premières années, je les ai accomplies en qualité de chef d’équipe et les trois années suivantes, j’ai été affecté au bureau d’études (BE). Même si j’aime bien «travailler sur le terrain» je dois dire qu’au BE, le contact avec le client est quelque chose de sympathique.

Après une réflexion sur moi-même et le parcours accompli, je m’apprête dans quelques semaines à m’installer à mon compte et relever ainsi un nouveau challenge.

Mon message à celui ou celle qui cherche sa voie :

Ne pas appréhender la voie professionnelle ; ce n’est absolument pas une voie de garage. Beaucoup de personnes y viennent, d’autres veulent y retourner ; il y a beaucoup de possibilités d’évolution. Il suffit de trouver un métier qui motive et qui donne envie de se lever.

Corentin LAFLEUR

Ce témoignage est issu du Florilège des Réussites de l’Enseignement Technique 2019, réalisé par l’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées.

Retrouvez d’autres parcours d’orientation réussis de jeunes issus de l’enseignement technique sur le site 55projets.fr.

Parcours de réussite