Parcours de réussite : devenir créateur de mode

29décembre 2020
by mareussitepro

L’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées a recueilli les témoignages de jeunes pour lesquels la voie professionnelle aura été celle de la réussite et de l’épanouissement. Regroupés par familles de métiers sur le site 55projets.fr, ces témoignages apportent un éclairage original sur la construction d’un parcours de réussite.

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le témoignage de Hugo (28 ans), qui nous explique son parcours dans les métiers d’Art et de l’Artisanat.

Tout s’est bien passé pour moi au collège Kervallon de MARCILLAC, dans l’Aveyron, où j’ai préparé le Diplôme National du Brevet (DNB), que j’ai obtenu avec la mention Assez Bien.

Lorsqu’à l’issue de la troisième s’est posée la question de l’orientation à donner à la poursuite de mes études, je voulais quelque chose en rapport avec le domaine artistique, sans savoir précisément où aller. Fils de viticulteurs, j’avais déjà voulu être œnologue, puis chef cuisinier et j’avais même fait un stage chez un chef étoilé de RODEZ. 

La filière S ne me convenant pas, pas plus que les séries L ou ES, j’ai donc choisi de préparer un baccalauréat « STI arts appliqués » au lycée François d’Estaing de RODEZ, que j’ai décroché avec la mention Assez Bien.

Je me suis alors tourné vers la préparation d’un BTS « design de mode-textile et environnement, option mode ». Au cours de ces deux années d’études, j’ai été amené à faire un stage à PARIS où j’ai rencontré une entrepreneuse chinoise qui m’a engagé pour 8 mois à SHANGHAI. Ce fut une «expérience de dingue». J’avais une traductrice en permanence à mes côtés, et je disposais d’un chauffeur. Recruté pour créer et produire une collection complète, je travaillais sur des milliers de produits destinés à de grosses centrales d’achat. 

C’est ce qui m’a sans doute donné l’envie de créer des produits exclusifs en petites séries. Je suis alors rentré en France pour passer mon examen.

Le BTS en poche, je me suis inscrit à l’École Supérieure des Arts Appliqués Duperré de PARIS. Cet établissement public forme de jeunes créateurs dans les secteurs de la mode, de la création textile, de la céramique, du design d’environnement et du design graphique.

Au bout d’un an, je me suis arrêté pour créer ma propre entreprise « Hugo MATHA », une marque d’accessoires de mode de luxe. J’aime travailler des matières comme le plexiglas, l’alligator, le cuir ou le bois, qui me permettent de créer des accessoires uniques qui vont durer dans le temps. 

Dans ma collection pour femmes on peut ainsi trouver des sacs en matériaux nobles, comme les cuirs d’agneau ou d’alligator mais aussi plus singuliers comme le plexiglas, le bois, ou le fil de métal. 

La collection homme comprend des sacs de voyage, des pochettes et des porte-documents réalisés en cuir rigide, mais intégrant aussi du grès, de l’ardoise cuivrée ou de la pierre de l’Aveyron.

Il y a quelques mois, j’ai également lancé Air Brigitte, une marque de prêt-à-porter destinée « aux filles de l’air et aux garçons de leur temps » qui voyagent beaucoup et qui «ne manquent pas d’air».

Dans le cadre de la rénovation du mythique hôtel Crillon de PARIS, j’ai été sollicité pour créer la garde-robe des 400 employés de ce prestigieux palace, de la femme de chambre au serveur en passant par les hôtesses et le portier. Pour mener à bien ce projet, j’ai dû dessiner quelques 1000 silhouettes et accessoires afin de concevoir les 90 tenues différentes de l’ensemble des corps de métier.

Mon message à celui ou celle qui cherche sa voie :

Ecoutez-vous, ayez confiance en vous et allez-y à fond !

Hugo MATHA

Ce témoignage est issu du Florilège des Réussites de l’Enseignement Technique 2019, réalisé par l’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées.

Retrouvez d’autres parcours d’orientation réussis de jeunes issus de l’enseignement technique sur le site 55projets.fr.

Parcours de réussite