Parcours de réussite : devenir ébéniste

22janvier 2021
by mareussitepro

L’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées a recueilli les témoignages de jeunes pour lesquels la voie professionnelle aura été celle de la réussite et de l’épanouissement. Regroupés par familles de métiers sur le site 55projets.fr, ces témoignages apportent un éclairage original sur la construction d’un parcours de réussite.

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le témoignage de Cédric (38 ans), qui nous explique son parcours dans les métiers du bois.

Ma scolarité au collège s’est effectuée normalement. J’étais intéressé par les formations autour du bois dispensées à l’École Boulle de PARIS (école supérieure des arts appliqués), mais la conseillère d’orientation m’a dit qu’une telle orientation n’était pas faite pour moi.

J’ai donc fait une seconde générale et j’ai choisi de suivre, comme enseignement d’exploration, l’option Sciences de l’Ingénieur car on y découvrait des applications concrètes à la physique (étude de l’électronique, de la mécanique)

Après mon Bac S, que j’ai obtenu en 1999, je me suis inscrit à l’IUT de BLOIS pour préparer un DUT (Diplôme Universitaire de Technologie) Sciences et Génie des Matériaux. Cette formation m’a permis d’apprendre les procédés de mise en œuvre des matériaux (métalliques, plastiques, composites).

Au cours de ce cursus, j’ai eu l’occasion d’effectuer plusieurs stages et notamment un, à MARCILLAC, chez deux designers qui réalisaient des violons et contrebasses en matériaux composites. Là, j’ai vu qu’on pouvait allier parfaitement connaissances technologiques et savoir-faire professionnel. Pour moi, ce stage a constitué un élément déterminant pour la suite de ma formation.

En 2001, je suis entré à l’UTC de COMPIEGNE (Université de Technologie de Compiègne) département Génie Mécanique, avec pour objectif la préparation d’une spécialité en design industriel. Je me suis très vite rendu compte que j’étais entrain de «m’égarer», la formation étant bien plus théorique que pratique.

J’ai pris la décision d’arrêter cette préparation, pour essayer de trouver une filière qui répondait plus à mes aspirations artistiques.

Il s’est avéré que le métier qui correspondait à mes motivations était celui d’ébéniste, (métier manuel ouvert vers le design et permettant la manipulation de matériaux multiples).

Le lycée des Métiers du bois et de l’ameublement de REVEL proposait un CAP ébénisterie en un an pour les personnes ayant eu déjà un parcours après le baccalauréat.

Je m’y suis inscrit et j’y ai suivi un enseignement accéléré, portant essentiellement sur l’acquisition de savoir-faire professionnel et également d’histoire de l’art. J’ai validé mon diplôme en 2003.

Afin de compléter ma formation, j’ai tout naturellement préparé un DMA (Diplôme des Métiers d’Art) Arts de l’Habitat, option : décors et mobiliers – spécialité ébénisterie, que j’ai obtenu en 2005.

A la suite, je suis entré dans la vie active et j’ai trouvé un premier emploi à TOULOUSE, chez un designer, puis au sein d’un bureau d’études au HAVRE où je faisais le lien avec les ouvriers et les compagnons travaillant dans l’atelier.

C’est en Poitou Charente que je me suis installé avec ma femme et j’ai travaillé pendant quatre ans dans un cabinet d’architecte d’intérieur. J’ai ainsi appris d’autres parties de mon métier, telles que le suivi de chantier, le design d’espace, le contact avec la clientèle.

Enfin, j’ai fini par me «lancer à mon compte», et j’ai créé mon entreprise à MAZERAY en Charente Maritime, en qualité d’ébéniste, designer d’intérieur.

Mon atelier s’appelle «Brin de Matière».

Je suis très heureux d’être artisan d’art, certes, j’aurais pu gagner un peu de temps dans ma formation puisque déjà en 3ème, j’étais attiré par ce métier, mais je ne regrette rien ; mon parcours m’a permis d’acquérir une polyvalence de compétences. Celles-ci sont utiles à mon évolution et constituent un plus dans l’exercice de mon métier.

Mon message à celui ou celle qui cherche sa voie :

Lorsqu’on n’a pas trop d’idées sur le métier que l’on souhaiterait faire, il est important de faire des stages afin de découvrir l’environnement professionnel et d’essayer de se projeter dans celui-ci afin de savoir si c’est le bon choix.

Cédric HAMON

Ce témoignage est issu du Florilège des Réussites de l’Enseignement Technique 2019, réalisé par l’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées.

Retrouvez d’autres parcours d’orientation réussis de jeunes issus de l’enseignement technique sur le site 55projets.fr.

Parcours de réussite