Parcours de réussite : devenir fromager

16décembre 2020
by mareussitepro

L’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées a recueilli les témoignages de jeunes pour lesquels la voie professionnelle aura été celle de la réussite et de l’épanouissement. Regroupés par familles de métiers sur le site 55projets.fr, ces témoignages apportent un éclairage original sur la construction d’un parcours de réussite.

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le témoignage de Jérémy (29 ans), qui nous explique son parcours dans les métiers de l’alimentation.

Après une scolarité classique passée au sein de la «cité scolaire» de LANNEMEZAN, j’ai préparé un Baccalauréat S (scientifique) que j’ai validé avec mention en 2007.

En terminant mes études au lycée, n’ayant pas de projet professionnel bien défini, ni d’ambition particulière, je me suis orienté vers une licence dans un domaine qui me plaisait la licence Chimie, Biologie, Physique et Santé à l’Université Paul Sabatier de TOULOUSE.

Au bout de six mois, je me suis aperçu que je ne trouvais pas dans cet enseignement de quoi satisfaire ma curiosité et susciter, chez moi, un engouement particulier. Je me suis donc intéressé à d’autres parcours qui pourraient mieux me convenir et notamment celui proposé par une École d’Ingénieur. A partir de là, j’ai beaucoup travaillé pour pouvoir y être admis sur dossier.

A l’issue de mes deux années universitaires, j’ai intégré, en 2009, l’École Nationale Supérieure de Chimie, de Biologie et de Physique de BORDEAUX (ENSCBP). Lors de la première année de formation, j’ai fait un stage de deux mois comme opérateur aux «Salaisons des Pyrénées» de BORDERES-SUR-L’ECHEZ. Bien qu’il n’y ait pas, dans les activités qui m’étaient confiées, beaucoup de missions d’ingénierie, ce stage m’a beaucoup apporté. En deuxième année, j’ai eu la possibilité et l’opportunité de suivre ma formation externalisée à l’Université de LAVAL au Québec.

Là, j’ai bénéficié d’un enseignement théorique plus poussé dans le domaine des produits laitiers. Le professeur, français, était quelqu’un de passionné et de passionnant. En fin de deuxième année, j’ai effectué un stage de six mois au siège parisien de la chaîne de restauration rapide KFC. Je travaillais au sein du service qualité et sécurité alimentaire. J’ai appris beaucoup de choses et découvert un environnement que je ne connaissais pas du tout, mais je n’ai pas souhaité continuer dans ce domaine. Cela m’a notamment permis de conforter mes choix pour la suite, et ainsi m’orienter vers le secteur des produits laitiers.

De retour à l’ENSCBP de BORDEAUX, j’ai terminé ma formation par un stage de spécialisation aux «Fromageries des Chaumes» à JURANCON qui comptent près de 350 salariés. Ce stage a été pour moi révélateur ; j’avais eu, jusque là, un enseignement essentiellement théorique et, là, je pouvais mettre en pratique mes connaissances. Affecté au service
« recherche et développement », ce stage a constitué le déclic attendu. J’ai obtenu mon diplôme d’ingénieur en 2012.

N’ayant pas eu la possibilité d’être embauché à la Fromagerie des Chaumes, suite à un «plan de départ du personnel»,
j’ai décidé de mettre mon projet entre parenthèse et d’explorer d’autres horizons. Je suis alors parti à Lyon pour travailler dans la logistique alimentaire. J’ai intégré le groupe STEF, leader européen de la logistique sous température dirigée.

J’y suis resté plus de quatre ans. Le travail et les responsabilités que j’avais ont été très enrichissants mais cela engendrait beaucoup de stress et une implication totale qui débordait sur ma vie personnelle. Avec mon épouse, nous avons essayé de réfléchir à une activité qui serait agréable et à travers laquelle nous pourrions nous sentir bien. De cette réflexion est née l’idée de créer ma propre entreprise. J’ai donc, six mois avant mon départ, commencé à préparer mon projet d’installation.

C’est dans les Hautes-Pyrénées sur le plateau de LANNEMEZAN, dans la maison familiale et ses dépendances, que j’ai choisi d’installer, fin 2017, mon entreprise : «La Fromagerie du Plateau». La réalisation de ce projet a nécessité beaucoup de travail, tant au niveau du montage financier, que de l’aménagement matériel. Je travaille avec des producteurs de lait locaux, je fabrique, affine et commercialise les fromages.

Ne vous inquiétez pas, même si vous ne savez pas ce que vous voulez faire, la vie est en constante évolution et vous offrira des opportunités, que vous devrez saisir.

Jérémy SERRES

Ce témoignage est issu du Florilège des Réussites de l’Enseignement Technique 2019, réalisé par l’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées.

Retrouvez d’autres parcours d’orientation réussis de jeunes issus de l’enseignement technique sur le site 55projets.fr.

Parcours de réussite