Parcours de réussite : devenir ingénieur de la sécurité des systèmes d’information

22décembre 2020
by mareussitepro

L’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées a recueilli les témoignages de jeunes pour lesquels la voie professionnelle aura été celle de la réussite et de l’épanouissement. Regroupés par familles de métiers sur le site 55projets.fr, ces témoignages apportent un éclairage original sur la construction d’un parcours de réussite.

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le témoignage de Sophie (30 ans), qui nous explique son parcours dans les métiers de l’électronique et de l’Informatique.

Scolarisée au collège Théodore Despeyrous de BEAUMONT de LOMAGNE, j’étais une élève «moyenne». En classe de troisième, j’ai effectué un stage de découverte chez Publi Service, une entreprise spécialisée dans l’impression et la réalisation de travaux liés à la communication graphique. C’était la perspective de pouvoir utiliser l’outil informatique qui était essentiellement à l’origine du choix de ce terrain de stage.

C’est au lycée Antoine Bourdelle de MONTAUBAN que j’ai effectué la suite de ma scolarité. Je suis rentrée en classe de seconde ISI-ISP (Initiation aux Sciences de l’Ingénieur et Productique). J’ai préparé un baccalauréat Science et Technique de I’Ingénieur, option ISI. J’ai validé mon diplôme en 2006.

Ma poursuite d’étude s’est déroulée au lycée Louis Rascol d’ALBI avec pour objectif, l’obtention d’un Brevet de Technicien Supérieur IRIS, Informatique et Réseaux pour l’Industrie et les Services. Lors de la première année de formation, j’ai effectué un stage à l’Institut FIMAC, entreprise spécialisée, notamment, dans le développement de logiciels. Ce type d’activité m’a permis de comprendre que je n’étais pas « faite » pour le « codage », j’ai souhaité m’orienter vers l’administration des réseaux et la sécurité.

A l’occasion de journées portes ouvertes, organisées par l’Institut Universitaire de Technologie de BEZIERS, j’ai pris connaissance du contenu de la licence professionnelle qui était proposée, à savoir : Administration et SécUrité des Réseaux (ASUR). Ce qui m’a plu dans le programme, c’est que l’enseignement des matières techniques est adapté aux besoins du marché du travail, que les matières générales ne sont plus enseignées et qu’il y a un stage en entreprise qui dure 4 mois. J’ai décroché ma licence en 2009.

Malgré la coupure de l’enseignement des matières générales, j’ai souhaité continuer sur une école d’ingénieurs mais par alternance. Une école d’ingénieurs car je pensais que cela me donnerait accès à des postes techniques et/ou de responsables plus intéressants, sur des projets importants et en alternance, pour des raisons financières. C’est à Rodez, au sein de 3IL, école d’ingénieurs en informatique que j’ai prolongé mon cursus. J’étais ainsi en contrat d’apprentissage chez Orange et je suivais donc mes cours entre l’école de RODEZ et l’entreprise qui se trouvait à Toulouse.

La première année de formation, j’ai découvert la réalité technique sur le terrain car j’intervenais sur des sites d’Orange dans tout le Sud-Ouest. J’avais pour objectif l’implantation de routeurs sur tous les centraux téléphoniques.

La deuxième année, j’avais pour objectif la réforme des réseaux téléphoniques et internet des plateaux techniques (centre d’appels) et bureaux administratifs.

La troisième année, j’ai souhaité faire de la gestion et j’ai eu ainsi, la possibilité de gérer des équipes et des projets, notamment, sur le plan technique.

J’ai validé mon diplôme d’ingénieur en 2012 et j’ai été embauchée, à Blagnac, chez Altran Technologies, sous-traitant d’Airbus. J’ai eu l’occasion de travailler sur la sécurité des systèmes d’information (cockpit, cabine, maintenance) de l’A380 et A350. C’était génial car je suis intervenue sur les phases de conception, d’implémentation, de tests et d’homologation (préparer les documents pour montrer aux autorités européennes que l’avion peut embarquer des passagers en toute sécurité). Je suis restée dans cette entreprise jusqu’en 2016.

Souhaitant rejoindre mon mari qui travaillait à PARIS, j’ai démissionné, déménagé puis postulé en «direct» via les sites internet sur des offres émises par les groupes du CAC 40. Après 2 entretiens, Thales m’a embauchée pour travailler sur une mission pour la Direction Générale de l’Armement (DGA) sur les aspects d’homologation. Nous sommes restés 1 an en Ile de France et par le biais d’une mutation interne, nous avons pu revenir sur la région toulousaine.

Actuellement, je suis toujours ingénieur chez Thales et travaille, avec beaucoup de plaisir et de satisfactions, sur le projet Galileo : « GPS Européen », au sein, d’une équipe d’une soixantaine de personnes. J’apporte du support sur les sujets techniques de cybersécurité, toujours sur les aspects de conception, d’implémentation, de tests et d’homologation du produit livré au client.

Mon message à celui ou celle qui cherche sa voie :

J’ai préféré commencer par la filière technique car c’est plus concret, puis j’ai basculé vers un enseignement général permettant d’être adaptable à tous les domaines.

Sophie BENNISSI-AMBAL 

Ce témoignage est issu du Florilège des Réussites de l’Enseignement Technique 2019, réalisé par l’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées.

Retrouvez d’autres parcours d’orientation réussis de jeunes issus de l’enseignement technique sur le site 55projets.fr.

Parcours de réussite