Parcours de réussite : devenir marqueteuse

9janvier 2021
by mareussitepro

L’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées a recueilli les témoignages de jeunes pour lesquels la voie professionnelle aura été celle de la réussite et de l’épanouissement. Regroupés par familles de métiers sur le site 55projets.fr, ces témoignages apportent un éclairage original sur la construction d’un parcours de réussite.

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le témoignage de Sophie (28 ans), qui nous raconte son parcours dans les métiers du bois.

Au collège, j’ai fait une scolarité normale ; dès la quatrième j’avais un projet professionnel ; je savais que je voulais être ébéniste. Attirée par les métiers manuels et par la matière noble qu’est le bois, je n’ai jamais douté de mon choix. 

En troisième, j’ai fait un stage d’observation chez un restaurateur de meuble. Cette petite et première approche du métier n’a fait que me conforter dans cette voie.

J’ai donc préparé un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) d’ébéniste au lycée des Métiers du bois et de l’ameublement de REVEL. Dans le cadre de cette formation j’ai fait un stage, chez Monsieur Monoury ébéniste de REVEL et obtenu mon premier sésame en 2007.

Souhaitant compléter ma formation et enrichir mes connaissances, j’ai préparé un Bac Pro ébénisterie qui s’est bien déroulé et j’ai validé mon diplôme en 2009.

La première année, j’ai fait un stage de six semaines en entreprise. Les deux premières semaines ne se sont pas bien passées, mon tuteur m’a «un peu cassée» au point que le lycée m’a changé de terrain de stage.  Ainsi, les quatre semaines suivantes se sont déroulées dans un atelier d’ébénisterie : «A l’or et du bois» chez Madame et Monsieur Blanc. Tous deux m’ont aidée, m’ont redonné confiance et m’ont permis de me «reconstruire».

La deuxième année, j’ai fait un stage chez un menuisier spécialisé dans l’agencement de cuisine.

Voulant découvrir d’autres métiers relevant de ce secteur d’activités, et me spécialiser, j’ai préparé en un an toujours dans le même lycée, un CAP marqueterie. Cette formation m’a apporté un plus et m’a permis d’être plus posée dans mes gestes. J’ai eu aussi l’occasion de faire un stage, à PARIS au Viaduc des Arts qui abrite, sous ses 62 voûtes, 52 artisans d’art et de la création contemporaine. Ce stage, trop court, s’est déroulé chez Aisthésis, ébénisterie d’art, labellisée : «Entreprise du patrimoine vivant.» Là, j’ai travaillé le Galuchat peau de raie.

J’ai obtenu mon diplôme de CAP marqueterie en 2010. 

En voyant faire d’autres élèves qui préparaient un diplôme des métiers d’arts, j’ai eu envie, afin d’enrichir mes connaissances, de poursuivre dans cette même voie. 

J’ai donc suivi cette formation et préparé un Diplôme des Métiers d’Art, (DMA) en marqueterie. En première, j’ai décidé de faire le stage prévu au programme, chez un architecte pour me familiariser avec le D.A.O. (Dessin Assisté par Ordinateur.)

J’ai obtenu mon examen en 2012 avec les félicitations du Jury. 

Quatre mois après cette formation, j’ai été embauchée chez Craman Lagarde, entreprise d’ébénisterie et de marqueterie d’art. Là, je travaille sur des meubles d’exception, auprès de gens que j’apprécie.

Pour l’avenir ? : Je souhaite passer le concours des MOF : «Meilleurs Ouvriers de France.»

Mon message à celui ou celle qui cherche sa voie :

Si vous voulez vous épanouir, choisissez un métier qui soit plus une passion qu’une obligation alimentaire. 

Sophie LABORIE

Ce témoignage est issu du Florilège des Réussites de l’Enseignement Technique 2019, réalisé par l’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées.

Retrouvez d’autres parcours d’orientation réussis de jeunes issus de l’enseignement technique sur le site 55projets.fr.

Parcours de réussite