Parcours de réussite : devenir sellier harnacheur

24décembre 2020
by mareussitepro

L’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées a recueilli les témoignages de jeunes pour lesquels la voie professionnelle aura été celle de la réussite et de l’épanouissement. Regroupés par familles de métiers sur le site 55projets.fr, ces témoignages apportent un éclairage original sur la construction d’un parcours de réussite.

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le témoignage de Mylène (27 ans), qui nous explique son parcours dans les métiers du Cheval et de l’équitation.

En première, au lycée Michelet de LANNEMEZAN, j’ai arrêté ma scolarité au cours du premier trimestre car cela ne me convenait pas. Je n’éprouvais pas d’intérêt à la suivre.

Attirée par le graphisme, j’ai décidé de suivre, en deux ans, par correspondance avec Éducatel, une formation de : dessinatrice illustratrice. Après avoir validé celle-ci, j’ai éprouvé de grandes difficultés à pouvoir m’insérer dans cette voie car les débouchés sont assez limités.

Accompagnée par la Mission locale (association qui prépare les jeunes à entrer dans la vie active), j’ai effectué de nombreux stages de découverte des métiers.

Vivant comme un échec le fait de ne pas être allée jusqu’au baccalauréat, j’ai préparé, en un an, à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, un DAEU littéraire (Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires) que j’ai obtenu en juin 2014.

A l’issue de cette formation, la Mission Locale m’a proposé un stage chez un sous-traitant d’Hermès, à BRISCOU, à côté de BAYONNE. Cette formation, qui a duré trois mois, s’est bien déroulée, mais l’occasion de pouvoir être recrutée, au sein de cette entreprise ne s’est pas présentée et je n’ai pu continuer comme je l’avais espéré.

Ayant rencontré, lors de ma formation, un professionnel qui faisait de la sellerie, j’ai tout  de suite fait le rapprochement avec mes centres d’intérêt. J’ai donc recherché un établissement qui pouvait me proposer ce type de formation et je me suis, ainsi, inscrite au lycée Agricole de MIRANDE.

J’ai suivi, pendant un an, une formation pour adulte que j’ai financée pour moitié, le restant étant pris en charge par le biais d’aides régionales et départementales. L’enseignement se déroulait dans le cadre d’une alternance entre le lycée et l’entreprise d’accueil, à savoir, la sellerie de la Côte Basque d’ARBONNE.

J’ai obtenu mon Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) sellier harnacheur en 2017.

J’ai eu assez de facilité pour trouver du travail puisque ma candidature a été retenue dans trois entreprises de la région où j’habite. Voilà un an que je travaille dans une entreprise prestigieuse spécialisée dans la sellerie haut de gamme : Voltaire Design, qui est implantée à BIDARD dans le Pays Basque.

Je viens de signer, il y a quelques semaines, mon contrat à durée indéterminée. Actuellement, je travaille à l’assemblage de pièces de cuir qui composent la selle.

Mon message à celui ou celle qui cherche sa voie :

Ne pas baisser les bras devant les difficultés que l’on risque de rencontrer et devant des propos ou des conseils, prononcés maladroitement par des personnes pas toujours bien informées, qui peuvent de ce fait décourager. On ne fait pas un métier pour la vie, il faut garder l’esprit curieux pour découvrir d’autres choses et ainsi s’épanouir professionnellement et surtout personnellement.

Mylène RIVIERE

Ce témoignage est issu du Florilège des Réussites de l’Enseignement Technique 2019, réalisé par l’AFDET Occitanie Midi-Pyrénées.

Retrouvez d’autres parcours d’orientation réussis de jeunes issus de l’enseignement technique sur le site 55projets.fr.

Parcours de réussite